Propriétaire combat grande infestation de cafards …

Propriétaire combat grande infestation de cafards ...

locale

Propriétaire combat grande infestation de cafards pendant des mois

James Manning de 78 St. Vincent à Dayton se dresse sur sa propriété. La propriété à côté, 76 St. Vincent en arrière-plan, a été un casse-tête. Manning a mené une grande infestation de cafards propagation de la maison vacant en bordure, mais peut finalement obtenir un certain soulagement après des mois de se plaindre aux responsables municipaux, les services de santé et un propriétaire d’entreprise hors de l’Etat.

Par Jeremy P. Kelley

DAYTON – Pendant des mois, un propriétaire de Dayton a été la lutte contre une infestation de cafards se propager d’une maison forclos à seulement 3 pieds de sa maison qu’il décrit comme ayant des parois « vivantes ». Maintenant, la ville de Dayton prévoit de faire pression sur le propriétaire de la maison vacante pour le nettoyer.

Le cauchemar de James Manning est le résultat d’une combinaison de la crise de la forclusion, un étirées mince personnel de la ville et hors d’état propriétaires.

Manning, qui est propriétaire de la maison à 78 Vincent St. dans le quartier Riverdale depuis 1997, a déclaré que son problème roach a commencé en Juillet et a obtenu de façon exponentielle aggravée par Septembre, avec des cafards infestant ses murs, les appareils et les meubles, parfois tomber du plafond.

« En une nuit moyenne, nous voyons près de 50-60 cafards (dans notre maison) », a déclaré Manning. «On m’a dit par Orkin, si vous voyez un, multiplier par 500. »

Manning a dit qu’il avait sa maison professionnellement traitée avec peu de succès, et ne connaissait pas la source du problème jusqu’à ce qu’une nuit quand il a regardé à la maison voisine. La maison à 76 Vincent Saint qui avait été occupée de façon sporadique, se dresse seulement 3 pieds de sa maison.

« Du côté de ma maison, je peux voir dans cette maison, et je regardais en une nuit, et les murs étaient juste en vie (avec des cafards) », a déclaré Manning.

Mais en dépit de trouver la source du problème en Août, Manning a encore des cafards, en raison d’un mix-up à la ville de Dayton et les problèmes de traçage propriété de la maison voisine.

Manning a déclaré après une première visite d’un inspecteur de la ville, il n’a rien entendu de la ville pendant plus d’un mois. Manning a également contacté les responsables de la santé, mais n’a obtenu aucune aide. Bill Wharton, porte-parole de la santé publique et Dayton Montgomery County, a confirmé qu’un problème de cafard dans une ville de la maison de Dayton est de la responsabilité de l’inspecteur de la ville.

Maire dit le gardon infestation est une affaire civile

Dayton maire Gary Leitzell, qui a rencontré Manning ce mois-ci, a déclaré l’inspecteur municipal initialement chargé de l’affaire à la retraite.

« L’inspecteur à la retraite, et la situation est tombé dans un petit trou noir », a déclaré Leitzell. «Je suppose que la courtoisie n’a pas été accordé que l’inspecteur à la retraite, et (Manning) est devenu frustré. Il y a une infestation, de sorte que nous obtenons impliqués, mais il est pas comme il est le choléra ou la tuberculose. Ce n’est pas quelque chose qui est un danger pour la santé publique. Il est dangereux pour la santé à lui, et il est finalement une affaire civile « .

les dossiers du comté montrent la maison a été acheté sur la forclusion en 2010 par Harbour Portefeuille, du Texas, pour 3360 $. Lorsque Manning a obtenu une réponse lente de la ville, il a également traqué Halo Asset Management, la société de gestion du Texas qui supervise la propriété, mais cette société a cité des obstacles aussi bien.

Beau Chron, gestionnaire d’actifs pour Halo, a déclaré la semaine dernière que la maison a été occupée cet été en vertu d’un contrat de terre plutôt que d’un contrat de location simple, en ajoutant que Halo ne savait pas d’abord que quelqu’un avait déménagé, parce que les paiements étaient encore en cours.

Les propriétaires du Texas de la maison avaient 76 Vincent St. pulvérisé pour tuer les cafards, mais Manning a déclaré le technicien lui a dit le problème ne serait pas résolu jusqu’à ce que la poubelle infestée et des meubles dans la maison a été retiré.

inspecteur du logement de la ville Kevin Powell a obtenu à nouveau impliqué le mois dernier et a déclaré que son ministère appliquait la pression sur Halo pour obtenir quelque chose.

« Personne est heureux de la rapidité de ce mouvement est », a déclaré Powell.

Chron a dit que depuis la maison a été dans cet état de violation de code pendant trois mois, il y a une disposition dans le contrat de terre qui permet Halo aller et le nettoyer sans demander la partie occupante. Les résidents ne pouvaient pas être atteints pour le commentaire sur cette histoire. Chron dit Halo a engagé une société de Dayton pour nettoyer la maison cette semaine.

« Il a été un peu situation délicate. nous avons dû suivre certaines étapes », a déclaré Chron, qui a dit qu’il a gardé une image de la propriété gardon infesté sur son bureau. « Nous voulons faire ce que nous pouvons pour nos investisseurs et pour le quartier. Chaque jour, je fais quelque chose sur cette propriété. Mais il est juste un processus. « 

Powell a déclaré la ville aurait pu déclarer le 76 Vincent maison St. une nuisance plus tôt, en leur donnant le droit d’aborder la question. Mais il dit que la ville avait aucun équipages disponibles pour faire le nettoyage de la maison, et pas de contrats existants avec des services d’enlèvement d’ordure à manipuler, de sorte que n’aurait pas accéléré le processus.

Pendant ce temps, Manning a combattu la propagation des cafards pendant trois mois, la pulvérisation d’insecticide sur le côté de sa maison tous les soirs, et de mettre l’acide borique mélangé avec du sucre dans l’allée entre les maisons. Il a déclaré que son domicile vers 1875 – qui se trouve littéralement à un jet de pierre de la rivière Great Miami – est un château pour lui.

«Je suis en pleine défense. Je mets mes chiens à travers l’enfer, et mes deux colocataires, trop « , a déclaré Manning. «Il est le cauchemar d’un propriétaire lorsque vous devez défendre votre maison à partir de cela. J’adore cette maison, mais si ce problème ne disparaît pas, je vais devoir se déplacer « .

Contactez ce journaliste au (937) 225-2278 ou jkelley@DaytonDailyNews.com.

RELATED POSTS

Laisser un commentaire